Voyage « Les belles heures de la Renaissance française » 25 au 29 mai 2022

Retour en image sur ce voyage dans le prolongement du cours sur la Renaissance de la saison 2021-2022.

Chaalis

Ruines de l’abbaye cistercienne royale de Châalis fondée en 1137 par le roi Louis VI. Chapelle Sainte Marie du XVI éme siècle.
Vue de la chapelle à travers les ruines.
Fresque de l’Annonciation du Primatice.
La Passerelle en admiration …
La chapelle est considérée comme la Sixtine française. Les anges tiennent les instruments de la Passion du Christ.
Musée Jacquemart-André.
Vue partielle de la roseraie.
Galerie et exemples des très nombreuses œuvres.

Ecouen

Château d’Ecouen – Musée National de la Renaissance
Michel Ange – L’Esclave mourant (Ecouen)
Michel Ange – L’esclave rebelle (Musée du Louvre)
La chapelle construite avant 1544, elle se compose d’une nef accolée d’une petite sacristie. Son plafond peint, de structure gothique comme souvent dans l’architecture française religieuse de la Renaissance, déploie tout un décor emblématique..
Cheminée peinte: Salomon rencontrant la reine de Saba.
Adoration des mages -Pieter Coecke van Aelst 1550
Plat de céramique – Renaissance
Exécutée par des ateliers bruxellois dans les années 1525, la tenture de David et Bethsabée est reconnue comme l’un des chefs-d’œuvre de l’art de la tapisserie au XVIe siècle. Elle égale par la préciosité des matériaux employés, sa qualité d’exécution et son admirable état de conservation L’Apocalypse d’Angers (XIVe siècle), La Dame à la Licorne (XVe siècle) ou encore Les Chasses de Maximilien (XVIe siècle). (vue partielle)
Une des cheminées de la chambre du connétable représente Isaeu à la chasse.
Plat de Bernard Palissy (+- 1510, +- 1589)

Saint Germain en Laye

Résidence royale depuis Louis VI le Gros, au XIIsiècle, Saint-Germain-en-Laye fut à la fois un séjour de plaisance et un lieu de pouvoir des rois de France.
En piteux état et promis à la destruction, il fut sauvé grâce à la création, par Napoléon III, d’un musée d’archéologie.
La chapelle palatine du château de Saint-Germain-en-Laye est édifiée entre 1235 et 1239 par Louis IX, dit Saint Louis (1214-1270). Cet édifice remarquable, premier du genre, servira de modèle architectural aux saintes-chapelles, en particulier à la plus célèbre, celle de Paris (achevée en 1248).
La chapelle royale de Saint-Germain-en-Laye mesure 27 mètres de long et 11 mètres de large ; elle s’élève à 16 mètres de hauteur. Autrefois « garnie de verres peints », la rose fait 10 mètres de diamètre. Au Moyen Âge, elle n’était pas murée et donnait sur l’actuelle place du château. Cette chapelle est considérée comme un chef-d’œuvre du gothique rayonnant, un style architectural, né en France dans les années 1230, qui essaimera à travers toute l’Europe. 

Fontainebleau

Le symbole de Fontainebleau
Construit à la demande de Louis XIII entre 1632 et 1634 et attribué à l’architecte Jean Androuet du Cerceau, l’escalier en Fer-à-cheval, aux formes atypiques, permet de mettre en scène l’accès à la galerie François Ier et aux Grands Appartements du château.
Le Parnasse. Manufacture des Gobelins, d’après Pierre MIGNARD (1612-1695)
La galerie François Ier. C’est au peintre florentin Rosso Fiorentino qu’est revenue, dans les années 1530, la conception de ce décor sans réel précédent et sans véritable héritier, convoquant aussi bien le langage allégorique que les textes antiques de l’Histoire ou de la mythologie.
Fresque de l’Éléphant au caparaçon de Rosso Fiorentino (1536), galerie François Ier du château de Fontainebleau.
La Nymphe de Fontainebleau, détail du décor de la Galerie de François Ier, fresques et stucs de 1530-1540.
Plafond à caisson de la salle de bal
La Nature – Niccolo Pericoli dit Tribolo vers 1500 – 1550
Trône Impérial de Napoléon 1er.
L’orangerie.

Auxerre

Auxerre nous accueille. Vue sur la cathédrale Saint Etienne.
Vue depuis le parvis
Vue depuis les bords de l’Yonne.
La nef.
Détail d’un portail.
Saint Nicolas patron des mariniers sur la place au bord de l’Yonne.
Une des nombreuses maisons à pans de bois.
Portail de l’Officialité 1551. Ce Palais épiscopal de la Renaissance a échappé aux destructions de la Révolution pour devenir les archives départementale. Aujourd’hui préfecture.
Visite de la ville sous le regard bienveillant de le poétesse locale Marie Noel (1883-1967), avec un érudit local très passionné et captivant.

Tanlay

Arrivée au château de Tanlay.
Entrée de la cour intérieure et son architecture Renaissance.
Armoiries des Thévenin, marquis de Tanlay, De gueules au chevron d’argent, accompagnée de trois lions d’or.
Galerie des grisailles.
Coupole de la salle de réunions des conspirateurs Huguenots. Fresque de l’Ecole de Fontainebleau.
A noter que les personnages représentent des catholiques et des protestants marquants du 16 ème siècle.

Ancy le Franc

Angle Nord-Ouest du château d’Ancy le Franc. Œuvre architecturale de l’italien Sebastiano Serlio, réalisée pour Antoine III de Clermont (14981578), beau-frère de Diane de Poitiers.
Cours intérieure du château, à noter les façades très Renaissance avec les pseudo colonnes, leur chapiteau et les lucarnes en toiture.
Peintures sur bois, source d’inspiration pour les nouveaux jardins (ci-dessous).

Merci aux contributeurs pour ce tour d’horizon de cet agréable voyage sur La Renaissance. Si vous détectez des erreurs ou souhaitez ajouter des éléments vous pouvez utiliser la fiche contact de ce site.

A bientôt.